Document sans titre
installation.php

ONCLE KINCH

Prix Belmundo Noord-Zuidprijs 2010 (Gand), Kinch est un artiste multidisciplinaire qui vit et travaille à Bruxelles. Issue de Academie Beeldende Kunsten-Anderlecht (Specialisatie graad: Interactieve media/VideoKunst), le travail de Kinch questionne sur la perception du temps et de l'espace vécu.

L'approche sociale de l'artiste permet aussi d'interroger sur la surproduction et les modes de consommation contemporaine: Il crée ses images et ses bandes sonores avec des matériels récupérés qu’il recycle lui même. Les pellicules (vierges) cinés ou photos sont développés, traités, numérisés de façon artisanale par l’artiste dans son labo à Bruxelles...


PETIE HISTOIRE

C’est très tôt, à travers la photo autobiographique et documents sonores réalisés par son père qu’il découvre sa passion pour l’expression plastique et sa vocation d’artiste. En 1984, après un passage à l’institut des Beaux-Arts de Kinshasa (RD Congo), il apprend à voir autrement un film et s’intéresse au langage filmé.

Début des années 90, armé d’une petite camera Video8 Kinch film et photographie sa famille, son quartier! Il produit de vidéos plaisant et grinçant! Avec un regard humoristique, Kinch dépeinte sa société Congolaise contemporaine sur un fond poétique: Sexe–dieu–argent–corruption... Son obsession du réel vient sans doute de son engagement social et son intérêt pour le phénomène urbain.


A Bruxelles, émerveillé par l’impressionnant travail de Bill Viola, Kinch opte pour la Vidéo d'art et d'essai à côté son travail habituel de musicien et technicien audiovisuel. Il entame ainsi une série de recherche personnelle de sur des nouvelles possibilités d'utiliser la vidéo. Mène pendant plus de 9 ans une recherche approfondie sur les possibilités qu’offres l’image super8 dans le langage filmique. S’interroge sur les apports esthétiques de cette pellicule en vidéo numérique. Étudie les rapprochements, les limites du montage poétique, de l’image super8 avec le montage informatiques…

Le travail de Kinch questionne non seulement sur la perception de l’espace vécu mais aussi sur la frontière entre le temps et la présence. Et, s'articule autour de la pellicule super8 ou la bande magnetique. Comme Bill viola pour le signale vidéo, le médium fait partie intégrale de son message. Ici, l’artiste utilise le support super8 comme un outil visuel, explore à sa manière ces potentialités et limites...

Kinch témoigne avec un regard différent et une esthétique assez particulière des scènes courantes de la vie. L’humain dans toutes ses révélations est un sujet récurrent dans sa démarche. Dans son travail, la course à l’image parfaite n’a donc pas tant d’intérêt que l’humain lui-même. L'expressivité devient alors plus intense dans sa recherche picturale et auditive. Au fil du temps, l’artiste affine sa technique et adopte le montage à contrepoint pour ses films et ses bandes sons. Il présente ses travaux sous forme d’installation sonore ou vidéo comportant des éléments sténographiés, prenant en compte de l’interactivité du spectateur.